Lassé de voir tous les jours cette petite tâche d’huile au sol qui grandissait de jours en jours, je décide de changer le joint défectueux qui se situe entre le support de culbuteurs et la culasse.
Comme d’habitude, je me pare de ma bible anglaise (CLYMER) et de quelques forums sur le net et je me lance, en free style……
Je vous passe les détails du lève moto et de la dépose du réservoir que vous trouverez ici >>
Dépose du réservoir d’essence

La pochette de joints utilisée ici est la suivante : Rocker cvr gasket kit 92-up B.T. rubber (environ 40 euros hors frais de port)
Temps de réalisation: j’ai mis plus de trois heures en comptant le temps passé à lire le manuel et à chercher les infos.
Ce temps peut être facilement ramené à 1h30.

Voici donc l’endroit d’où coule un peu d’huile….Je ne vais changer que les joints du cylindre avant car l’arrière ne fuit pas et de plus, les vis du couvercle de cache culbuteurs sont assez difficiles d’accès car elles se situent sous le cadre..Il est donc nécessaire de scier une clé ALLEN pour y accéder…Je ferai ça le jour où ça sera vraiment nécessaire.


Je commence par débrancher cette fiche qui se situe en plein milieu du cylindre avant….


…….je m’aide d’un petit tournevis pour la désengager de son plot (dirigez une lampe vers ce trou pour voir comment c’est fait)…


…et hop !


Je vire aussi le fil de bougie qui risquerait de me gêner durant le travail…


Et c’est partiiiiiiiiiiiiii!
Je desserre les 4 vis qui maintiennent le cache: 2 d’un côté…..



…et 2 de l’autre.


A l’aide d’un petit tournevis plat, je fais levier dans un coin qui n’est pas trop visible en temps normal, comme ça si un éclat de chrome venait à sauter, ça se verrait moins.


Je soulève…..


…et enlève le cache.


Toujours avec le petit tournevis, je fais levier sur cette plaque intermédiare qui ne tient que grâce au cache précédemment enlevé.


Il ne nous reste maintenant plus que le support sur lequel on voit les deux culbuteurs. C’est sous ce support que se trouve le joint qui fuit.


Je desserre les 4 boulons en 1/2 pouce.
Un…


…deux…


…et côté filtre à air, trois….


… et quatre.


Il y en a un, côté bougie, qui ne peut sortir à cause de la bobine.
Je le laisse dessus, il sortira en même temps que le support.
Vous pouvez aussi défaire la bobine, nous le ferons de toute façon un peu plus tard.


Il reste encore deux vis ALLEN, côté bougie…



… puis les trois boulons en 5/16ème de pouce placés en triangle au centre du support des culbuteurs…
Un…


…deux…


…et le troisième que j’ai déjà enlevé.


Une fois ces trois boulons dévissés, le support vient tout seul…


… laissant apparaître les ressorts de soupapes et les tiges de poussoirs hydrauliques.


Toujours avec le petit tournevis magique, je fais sauter le cache qui vient sur les tiges de poussoirs et qui sert à maintenir le fourreau des tiges en place.


Je tire sur la partie inférieure du fourreau..


Idem pour la partie supérieure, puis j’enlève la tige en repérant bien que la verte se met à l’avant, côté échappement et la jaune côté admission.


Même opération pour l’autre fourreau et tige de poussoir.
Un petit nettoyage des plans de joints et la bête est prête à recevoir les nouveaux joints.


Je pose au sol un gros carton et y dispose les divers éléments démontés ainsi que les nouveaux joints, ça m’évitera de me retrouver au final avec des boulons ou joints en trop !!


Dans le genre de truc inaccessible en temps normal, nous avons le couvercle cache culbuteur qui va subir ce que j’appellerais un « assaut landais », toujours en rapport avec la frénésie nettoyeuse d’un ami landais 🙂
Avant…


Aprés….


J’ai juste passé du « ouator » parce qu’il était piqué, il me restera à y passer un bon coup de belgom pour les dernières traces….

J’enlève le joint de l’intercalaire……


Je change le petit capuchon en veillant à ne pas me tromper de côté , le nouveau est fourni dans la pochette de joints.


Le support de culbuteur ……


Dessous, les plans de joints seront légèrement grattés et finis à la laine d’acier 000.
On voit ici pourquoi ça pissait, il en manquait quand même un morceau !!


Extraction des vieux joints……



…et je nettoie le support avec un pinceau et de l’essence.


Passons aux fourreaux et tiges de poussoirs hydrauliques.
Voici la photo d’une tige, de son fourreau et des joints torriques à changer.
Ces joints sont aussi fournis dans le kit de joints.


Sur le moteur, on enlève les joints restés en place…
Les deux du bas….


…ainsi que les deux du haut…


Je mets un coup de laine d’acier 000 et remonte les deux tiges de poussoirs….


Sur le support de culbuteurs, je remets le boulon qui ne passe pas à cause de la bobine,


ainsi que deux autres côtés filtre à air,


qui permettront de maintenir le nouveau joint en place le temps de la repose.


Un peu de frein filet pour que les boulons ne se desserrent pas…


Sur le premier fourreau je dispose les nouveaux joints toriques et repose l’ensemble….


et pousse pour enclencher les extrémités dans leur logement…


Il est en place mais la méthode s’avère un peu chiante…


Je vous conseille plutôt de mettre d’abord les joints en place….en haut….


et en bas.


Le voici en place.


Avant de remonter le deuxième fourreau, je mets le cache de maintien du premier fourreau tant qu’il est encore accessible.
Il faut comprimer le ressort avec un tournevis et avec l’autre main, mettre le cache en place en commençant par le plaquer en haut.


et hop !!


Même procédé pour le second fourreau.


Je remets les tiges en place, le vert côté échappement, le jaune côté admission.


Je repose le support de culbuteur en prenant soin de bien mettre les têtes des tiges dans leur logement.


la plaque ne repose pas correctement, l’écart ne devrait pas dépasser 2mm.


Je vais donc chercher le PMH (point mort haut) c’est à dire le point de bascule entre le moment où le piston est en haut, en bout de course et le moment où il va commencer à redescendre.
Pour cela, je vais démonter la bougie, placer un tournevis dans le trou (délicatement) et en faisant tourner la roue arrière dans le sens de marche en avant, je vais observer la course du piston.
Idéalement, il faut être 2 pour la manoeuvre.


A ce moment-là, les deux soupapes étant au même niveau (fermées), la plaque viendra bien se positionner contre la culasse.
En fait, il restera environ 2mm d’écart qui disparaîtront au serrage.
Après avoir mis du frein filet sur tous les boulons, je les engage et commence à amener tous les boulons en butée, sans serrer.



Comme la bobine va me gêner pour le serrage des 7 boulons, je décide de la démonter…


Voilà, je peux donc maintenant entamer le serrage des boulons à l’aide d’une clé dynamométrique qui me donnera les bons serrages….
Les 4 vis en 1/2 pouce doivent être serrés à un couple compris entre 1,5 et 1,8 kg et les trois en 5/16ème à un couple compris entre 2 et 2,4kg.
Veillez à bien respecter la méthode de serrage en croix pour équilibrer correctement la pression sur toute la surface du joint.
Et n’oubliez pas les deux vis ALLEN côté bougie, j’ai serré celles ci au feeling, pas comme un bourrin mais pas comme une fiotte non plus…

Voilà, la plaque de support de culbuteurs est remontée et serrée comme il faut.


Je remonte la bobine et remets les nouveaux joints en place….
Le petit au centre….


et le grand sur le rebord extérieur.


Je repose l’intercalaire….


et le joint qui va dessus.


Les vis de maintien du couvercle sont pourvues de deux rondelles chacune.
Une rondelle acier classique côté tête de vis …


et une autre rondelle souple qui sert à étanchéifier le couvercle.


Je gratte les restes des anciennes rondelles souples à l’aide du petit tournevis que vous commencez à bien connaître 🙂


et je finis avec la laine d’acier 000.


Je repose le couvercle en place…


et remonte les vis de maintien avec leurs deux rondelles.


Après avoir correctement centré l’ensemble « support de culbuteurs-intercalaire-couvercle » je serre bien les 4 vis et rebranche la fiche qui se trouve au centre du cylindre.


Pour le reste (réservoir et selle à remonter) vous trouverez les méthodes dans d’autres articles de ce magnifique blog !!
 
Et voilà….